chevaliere philipp pleinSnapchat chevaliere philipp plein cherche encore son modèle économique

philipp plein celebrity,,
philipp plein roermond,,Snapchat cherche encore son modèle économique,
philipp plein outlet store,,
philipp plein jewelry,

Snapchat cherche encore son modè,Snapchat cherche encore son modèle économique;le économique

C’est un petit fantôme blanc sur fond jaune, devenu en moins de quatre ans l’une des applications favorites des adolescents. Snapchat, la messagerie qui permet d’envoyer des photos, des vidéos et des textes éphémères (ils sont voués à disparaître au bout de quelques secondes) n’en finit toujours pas de faire parler d’elle et de fasciner les marchés. Selon les projections les plus récentes, sa valorisation aurait atteint 15 milliards de dollars (13,Snapchat cherche encore son modèle économique,8 milliards d’euros), à la faveur d’un tour de table impliquant le géant chinois du e-commerce Alibaba. Le groupe de Jack Ma aurait, selon des rumeurs persistantes, investi 200 millions de dollars dans la jeune start-up. Certains parlent même d’une valorisation de 19 milliards de dollars. Cela en ferait la troisième start-up non cotée du monde en termes de valorisation : juste derrière le fabricant de smartphones chinois Xiaomi (46 milliards de dollars) et le service de chauffeur privé Uber (41,2 milliards de dollars). Lire aussi   La Silicon Valley s’interroge sur les valorisations de ses « pépites » Le trafic de Discover a chuté de moitié Pour populaire qu’elle soit,rudi garcia philipp plein, l’application créée en 2011 par Evan Spiegel,philipp plein wiki, un jeune étudiant de Stanford d’à peine 21 ans à l’époque, ne gagne pourtant presque pas d’argent. Pire, selon le site spécialisé The Information,jean philipp plein, destiné aux professionnels du monde de la publicité et des nouvelles technologies, son tout nouveau service Discover a vu en quelques mois son trafic chuter de moitié. Lancé en janvier dernier en partenariat avec des chaînes d’information et de divertissement comme CNN ou encore MTV,Snapchat cherche encore son modèle économique, Discover avait pour but de réinventer la diffusion de l’information en profitant de l’audience colossale de l’application (près de 700 millions de snaps s’échangent tous les jours). Et surtout,Snapchat cherche encore son modèle économique, de trouver une source de revenus substantielle à Snapchat. L’idée est simple : chaque chaîne ou site partenaire dispose, dans un onglet spécial de l’application, d’un petit logo. Une fois sélectionné par le mobinaute,Snapchat cherche encore son modèle économique,philipp plein schuhe, celui-ci ouvre un espace où est diffusé, pendant vingt-quatre heures, un contenu exclusif qui disparaît une fois ce laps de temps écoulé. Un nouveau directeur éditorial Pour encourager les éditeurs à incorporer de la publicité, les dirigeants de Snapchat ont prévu un partage du revenu à leur avantage. 100 % de ce qui est engrangé grâce à la publicité va à l’éditeur de contenu si c’est lui qui l’a vendue. A l’inverse, si c’est snapchat qui l’a placée lui-même, les chaînes ne récupèrent que 40 % de la somme. Pour parfaire son système et lui donner de la légitimité, Snapchat est même allé jusqu’à débaucher une star du journalisme américain pour en faire son directeur éditorial : Peter Hamby, spécialiste de la politique, qui a passé le plus gros de sa carrière chez CNN. Seulement voila, selon The Information, qui a longuement interrogé les éditeurs de contenus, les adolescents, utilisateurs privilégiés de l’application, ne semblent pas particulièrement intéressés par ce que leur offrent les partenaires de Snapchat. Format publicitaire Pour autant,philipp plein net worth, les observateurs cités sur les sites américains estiment qu’il n’y a pas péril en la demeure. D’abord parce que les partenariats signés par l’application arrivent à échéance en juin, ce qui pourrait permettre à Evan Spiegel de les réévaluer et d’éventuellement les adapter à sa cible. Ensuite,Snapchat cherche encore son modèle économique, parce que le trafic et la popularité du petit fantôme blanc sont loin de se tarir, avec aujourd’hui 200 millions d’utilisateurs, soit juste 80 millions de moins que Twitter,philipp plein cuir, une entreprise valorisée 24,7 milliards de dollars. Or,t shirt philipp plein tigre,Snapchat cherche encore son modèle économique, c’est justement l’implication des utilisateurs que les investisseurs recherchent. Même s’il n’y a pas pour l’instant de format publicitaire adapté à ces messages éphémères, les spécialistes du secteur ne doutent pas qu’il sera possible un jour ou l’autre d’en trouver. « C’est l’utilisateur qui compte et qui est monétisé », indiquait récemment, au Monde, Michael Pachter, analyste chez le courtier Wedbush Securities. « Je me suis bien moqué quand j’ai appris qu’Evan Spiegel avait décliné l’offre de Mark Zuckerberg [le fondateur de Facebook avait proposé au jeune entrepreneur de lui racheter son application pour 3 milliards de dollars en 2013], indiquait récemment le journaliste spécialisé Will Oremus,Snapchat cherche encore son modèle économique, dans un éditorial pour le site Slate. (…) Aujourd’hui, Snapchat vaut trois fois plus. Force est de constater que j’avais tort. » Evan Spiegel aurait-il donc eu raison de croire en son étoile ? Ou plutôt en son fantôme… Sarah Belouezzane Journaliste emploi-social Suivre Aller sur la page de ce journaliste Suivre ce journaliste sur twitter